Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/10/2015

Touche pas à mon poste !

Encore un objet bien curieux présenté cette semaine.

 

Vu de l'extérieur, c'est un joli coffret en bois, décoré d'un paysage des Alpes hongroises... 

coffret bois, galene

 Lorsque l'on ouvre le coffret, on y découvre...

récepteur galène, brocante

Ce bel objet est un récepteur à galène. Ce type de récepteur permettait de recevoir les émissions de radio (on disait à l’époque T.S.F) diffusées depuis la Tour Eiffel à partir des années 20, puis plus tard par d’autres émetteurs. Souvent vendu sous forme de « kit », il était assez simple pour un bricoleur de monter son propre poste à galène à un prix très accessible.

C'est sûrement ce qui a dû se passer pour cet objet : un bricoleur avait une jolie boite en bois, il a décidé d'y monter son récepteur dedans !

La composition d’un tel récepteur est très simple et le nombre de composants réduit :

Entre les deux bornes de gauche (sur la photo), il fallait placer une antenne, une inductance (bobine) et un condensateur.

Le détecteur que l'on voit au milieu est constitué autour d’un cristal de galène (minerai) sur lequel appuie une pointe métallique au bout d'un ressort . L'ensemble constitue ce que l'on appelle aujourd'hui une diode.

 

dectecteur_galene_diode.jpg

Un casque d’écoute se branchait entre les deux bornes de droite.

Ce récepteur fonctionne sans pile ni secteur, l’énergie très faible de l’onde radio reçue par l’antenne est transformée en onde sonore. L’écoute ne pouvait se faire qu’à travers un casque. Pour obtenir une réception suffisante, il était nécessaire d’utiliser de très grandes antennes, souvent constituées de fil électrique d’une vingtaine de mètres de long. Sur les récepteurs les plus simples, il n’y a pas de condensateur d’accord, c’est donc la station reçue la plus forte que l’on entend. Après 1930, les postes à tubes (lampes) alimentés sur le secteur et permettant une écoute plus «familiale » se démocratisent. Après 1955, les premiers récepteurs à transistor font entrer la radio dans une ère nouvelle.  

Pour accéder à la description complète de cet objet avec des photos supplémentaires : le récepteur à galène sur le site de ma-petite-brocante

Pour aller plus loin dans la théorie de la réception radio : le récepteur à cristal sur wikipedia

 Adoptez la brocantitude !

 

10/10/2015

Un peu de patience...

L'objet présenté aujourd'hui est une objet tout simple : une petite planchette de bois avec une rainure et un trou.

Avec cet objet aussi, on peut jouer aux devinettes. Voici les indices, à vous de découvrir le nom et la fonction de cet objet...

Indices : 

  • Je faisait partie du barda du soldat,
  • je contribue au prestige de l’uniforme,
  • mon nom est celui d’une vertu, mais aussi d’un jeu de cartes que l’on joue en solitaire…

 

patience, objets anciens, brocante

 

Réponse : la patience (à boutons) 

Cette petite planchette munie d’une rainure permettait aux soldats d’astiquer les boutons en cuivre de leur uniforme sans salir le tissu. On utilisait en effet une pâte assez grasse pour astiquer le cuivre. Tous les boutons d’une même rangée étaient insérés un à un dans le trou puis descendaient dans la rainure, il était ainsi possible de nettoyer en une seule fois tous les boutons de la veste.

Voici une photo de l'objet "en situation" :

patience, veste, militaria, brocante

Les soldats inscrivaient sur leur patience leur nom et/ou leur numéro de matricule, certains y faisait des décorations. On peut lire un numéro de matricule sur cet objet :3004 ! La photo n'est pas très nette mais on arrive à le lire !

 

patience, brocante, numero matricule, miltaria

Ce objet, chiné par ma-petite-brocante est disponible ici : patience

Cet objet daterait de la première guerre mondiale et faisait partie du barda réglementaire du poilu ainsi qu'on peut le voir sur le site suivant (plein de détails passionnants sur ce site).

Le barda du poilu !

Plein d'autres objets insolites sur ma-petite-brocante, site de brocante en ligne !

C'est aussi cela la brocantitude !